Collagène de Tyrannosaure

Publié le par Gilles

Les américains restent décidément les leaders dans la recherche en matière de dinosaures. Certes, comme je l'ai déjà dit dans d'autres articles, l'Europe ou même la France n'est pas en reste en matière de dinosauriens, mais les USA possèdent un patrimoine paléontologique vraiment très riche qu'ils savent exploiter au mieux. Et cette fois, une équipe américaine vient donc de réussir à séquencer des protéines de collagène, extrait d'un fémur de Tyrannosaurus Rex agé de 68 millions d'années. C'est donc une première mondiale vue l'ancienneté de la matière organique qui s'est miraculeusement conservée. Il faut dire que le fémur d'un tyrannosaure est de taille considérable et que la fossilisation se faisant de l'extérieur vers  l'intérieur de l'os, on pouvait espérer que le massif os fossile ait conservé un peu de matière organique en son centre, ce qui semble être le cas avec cette découverte.

Avant d'aller plus loin, voici un petit rappel de ce qu'est le collagène. Il s'agit donc d'une glycoprotéine fibreuse, la protéine la plus abondante dans l'organisme. Cette protéine a donc subi les analyses d'un spectromètre de masse, qui permet la détection extrêmement sensible de la structure des mollécules. Si vous voulez en savoir plus sur la technique, voici un lien qui vous éclairera:

http://www.culture.gouv.fr/culture/conservation/fr/methodes/spectrom.htm

 

Région de Hell Creek, site fossilifère mondialement connu.

 

Mais revenons en à notre tyrannosaure. Avant d'être analysé, il fut découvert en 2003 dans le Montana, sur le site de Hell Creek, très riche en fossiles de cette période. Une fois notre ami dégagé de sa gangue pierreuse, il fut ramené au laboratoire.

Les analyses ont donc démontré que le collagène de notre brave dinosaure partage des caractéristiques proches du poulet, de la grenouille et de la salamandre. Nous savions déjà que les dinosaures et plus particulièrement les théropodes, groupe auquel appartient le tyrannosaure, étaient proches des oiseaux. Le Professeur de paléontologie Mary Schweitzer de l'Université de Caroline du Nord déclare à ce sujet : " Cette similarité avec les oiseaux n'est pas surprenante étant donné les liens apparents entre les oiseaux modernes et les dinosaures ....Les données obtenues par le séquençage des protéines de collagène sont venues confirmer que ces tissus organiques étaient bien préservés....Jusqu'alors on estimait selon les théories acceptées sur la fossilisation que des tissus organiques ne pouvaient pas survivre aussi longtemps....Les informations obtenues grâce au séquençage de collagène osseux de ce dinosaure de 68 millions d'années vont faire avancer les connaissances sur l'évolution des dinosaures et leur lien avec d'autres espèces ".

      

 

Car ne l'oublions pas, il reste énormement de découvertes et de travail à faire sur les dinosaures, comme sur de nombreuses autres espèces disparues. Il est utile de rappeler que la fossilisation est un phénomène rare et qu'il est certain que de nombreuses espèces, toutes époques géologiques confondues, ont disparu à tout jamais et ne se sont jamais fossilisées. Les informations resteront donc toujours fragmentaires. C'est pourquoi il est essentiel d'accumuler le plus possible d'informations et d'exploiter au mieux les découvertes.

 

Tyrannosaurux rex, vu par les artistes de Sur la terre des Dinosaures ( Source: BBC )

 

Les dinosaures nous réservent sans doute encore de nombreuses surprises et qui sait à l'avenir nous pouront peut-être visiter le Jurassik Park inventé par Mickael Crichton....Même si les probabiltés sont plutôt infinitésimales...

Bibliographie pour aller plus loin:

-R. Desalle, D.Lindley, " La science de Jurassic Park ", Bayard éditions, Science, Paris 1997

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

KAKTUSS 29/04/2007 13:14

bonjour! alors, il parait que 90% des especes qui ont vecu ont disparu a tout jamais toujours à cause des conditions des milieux qui ne permettaient pas la fossilisation ou alors parce qu'on a tout simplement pas encore fouillé toutes les couches possibles de la terre...c'est étonnant de retracer ainsi l'histoire evolutive des vertébrés, et il m'est trés difficile d'imaginer des milliers d'années s'écouler et les mutations et differences apparaitre...déja qu'il soit possible de cloner un mammouth semble impressionnant, recreer "jurassik parc" serait de la folie.l'homme d'aujourd'hui n'a pas sa place parmi ces carnivores feroces...