La science en danger

Publié le par Gilles

Non, ce blog n'est pas totalement mort.

Le temps passe, mais qu'est-ce vraiment sur l'échelle géologique de la planète. Certes, aucun article n'a été publié depuis déjà trop longtemps, mais il n'est jamais trop tard pour bien faire, et puis quelques semaines ce n'est vraiment rien à l'échelle des millénaires, des millions d'années qui se sont écoulés depuis la création de notre jolie planète.

Et à propos de milliers d'années, il est une nouvelle qui me fait sortir de mon silence et qui me fait bondir hors de mes baskets, une nouvelle si étonnante, si stupéfiante, si incompréhensible qu'elle ferait rougir de fureur tous les scientifiques dignes de ce nom. Mais avant d'aller plus loin, une simple petite question:


                             Combien de temps sépare les hommes des dinosaures?



Les moins intéressés et les moins cultivés d'entre nous se risqueraient peut-être à dire: des centaines de milliers d'années. Je les comprendrais parfaitement.
Ceux qui sont un peu plus éclairés sur le sujet et qui ont déjà vu ces grosse « bêbêtes » dans un musée de paléontologie, se risqueraient peut-être à dire: "des millions d'années nous séparent de ces monstres".
Les plus intéressés diront sans hésitation: 65 millions d'années. Et ce serait là une réponse juste, à quelques milliers d'années près. Les plus connaisseurs diront même que les dinosaures sont en quelques sortes encore parmi nous, par le biais de leurs descendants les oiseaux (sans doute héritiers de la longue lignée disparue). Mais il faut croire que la chose, ce fait scientifique indéniable, est-il utile de le rappeler, n'est pas vraiment connu de tous. Et il semblerait qu'il est encore moins connu sur certains endroits du globe, aux USA par exemple.

Je me souviens d'avoir eu une conversation amusante avec un agriculture du centre de la France. Un homme agréable, qui ne vivait pas dans un coin isolé du monde, mais simplement dans un petit village à une vingtaine de kilomètres d'une grande ville. Et lors d'une conversation sur mes activités archéologiques, il me demanda naïvement si les dinosaures avaient bel et bien existé.
Je fus tout d'abord surpris, puis je lui ai expliqué qu'il n'y avait aucun doute sur l'existence de tels animaux dans un passé fort lointain, que j'avais chiffré en millions d'années. Etait-ce utile d'apporter de plus grande précisions? Pour beaucoup de gens instruits, il est déjà très difficile d'appréhender le temps sur de si grandes échelles, je comprends parfaitement que cela soit vraiment difficile pour quelqu'un qui, d'une part ne s'y intéresse pas et d'autre part, qui n'a pas reçu l'instruction nécessaire pour comprendre ce que peut représenter, ne serait-ce qu'un million d'année. J'ai moi-même parfois du mal à appréhender de telles échelles de valeur et pourtant cela me passionne.
J'admets donc sans aucun a priori, qu'une partie de la population puisse avoir du mal avec de telles connaissances et de telles informations scientifiques. Mais ce que j'admets de gens peu instruits et peu intéressés par le sujet, je ne peux l'admettre de gens dits "cultivés".
Or, qu'est ce que j'apprends de la bouche d'un ami, pas plus tard qu'hier? Qu'il existe outre Atlantique des commentaires sur les dinosaures, qui feraient bondir de rage tous les paléontologues de la Terre et de l'univers, ils auraient vécu avec l es hommes préhistoriques!
Laissez  moi crier  de rage avant d e lire l'article  qui suit...AHHHHHHHHHHHHHHHHHHHH !

 

Sarah Paulin, la brave colistière de ce bon Mc Cain, aurait déclaré, il y a de cela déjà quelques années, que les hommes avaient vécu avec les dinosaures! Et ne s'arrêtant pas en si bon chemin, elle aurait ajouté que cela c'était passé il y a seulement 6000 ans! Que dire de plus? Bien, qu'elle aurait également réussi à voir sur un site paléontologique, des traces de pas laissés par les humains, mêlés à ceux de dinosaures. Quitte à être ridicule, autant l'être complètement pourrait-on se dire. 
Oui, il serait possible de se dire cela, si il ne s'agissait pas d'une femme politique d'un pays développé, la plus grande puissance du monde, d'une femme qui pourrait non seulement devenir la vice-présidente de USA et qui sait, peut-être un jour lorgner sur la présidence elle-même.




Voici le lien vers la nouvelle, relayée par le journal Le Monde:
http://www.lemonde.fr/elections-americaines/article/2008/09/30/sarah-palin-les-dinosaures-et-le-creationnisme_1101006_829254.html#xtor=RSS-3208


Même si je suis stupéfait, cette information ne m'étonne hélas qu'à moitié. Le courant d'extrêmise religieux ne contamine pas hélas que les pays sous-développés ou en voie de développement, mais se répand également dans les pays riches et dits modernes. Je ne suis pas non plus étonné d'entendre ce genre de commentaire de la bouche d'une extrémiste catholique telle que miss Paulin, qui lutte contre l'avortement et prône le retour du créationnisme dans les universités de son pays et qui ose remettre en doute le travail de trois siècles de recherches scientifiques qui nous ont conduit sur les chemins de la vérité scientifique. De telles théories totalement fantasques sont assez répandues et sur le net poussent de nombreux sites qui relayent aussi bien la cohabitation des hommes et des dinosaures, que l'insémination de la Terre par une race extraterrestre.
Mais ne soyons pas si dur avec miss Paulin, car dois-je le rappeler, monsieur Obama (comme ses prédécesseurs), remercie Dieu chaque fois qu'il termine un discours. Je me demande quel crédit apporter à ces gens là et en ce début de XXIe siècle si la science n'est pas véritablement en danger.

Je crains que le retour à une certaine spiritualité participe à un retour aux âges obscurs du passé, mais j'espère ne jamais voir un portrait de Darwin ou les livres de Gould brûlés en place publique, sous les hourras d'une foule en délire exaltée par un fou de Dieu, qu'il soit musulman, chrétien, juif ou issu d'un mouvement sectaire. La spiritualité est à mes yeux à condamner comme un véritable fléau, à partir du moment où elle entrave la liberté d’action, la liberté de penser et les progrès de la recherche scientifique et technologique.
Hélas, l’une ou l’autre de ces énumérations est souvent altérée par la religion, la discipline et les croyances qu’elle impose à ses fidèles. Et je crains qu’il se passe encore de nombreux siècles avant que l’homme ne comprenne une fois pour toute, que la religion n’est née que de cette ancestrale peur de la mort et de l’inconnu et n’a perduré que sur la peur de la maladie, de la pauvreté, de la misère. L’endoctrinement des siècles aidant, des millions et des millions d’âmes devrais-je dire pour respecter le vocabulaire approprié, se sont laissées berner par ce faux espoir distribué à grand coup de menaces d’une part et de belles paroles d’autres part, accompagnées de promesses de vie meilleure, mais seulement après la mort biologique et son inévitable destruction totale des tissus organiques qui nous composent.

  

Mais est-il vraiment utile d’essayer de convaincre un croyant qu’il est dans l’erreur. Je serais tenté par l’abandon du combat et le repli stratégique jusque dans ma forteresse. Mais dans un dernier élan de bravoure, je dis non !

Non à la bêtise, non à l’ignorance et à l’endoctrinement. Mais frères d’armes, il faut lutter ensemble et retrouver le chemin de la vérité et de la lumière !  Mais la vérité scientifique, pas celle qui serait imprimée sur un quelconque livre sacré ( tiens, une certaine dérive sectaire m'habiterait-elle moi aussi?).

 

Souhaitons que les créationnistes s'éteignent rapidement, comme se sont éteints les pauvres dinosaures. Souhaitons que l'Europe reste à l'abri de telles aberrations. Souhaitons utopiquement, que les religieux affirment un jour leur foi en la vérité scientifique. Et souhaitons aussi que  miss Paulin retourne bientôt au « néant »politique d’où elle est sortie et surtout qu’elle ne réussisse à convaincre que peu de fidèle, car à l’instar de prêcheurs, elle sème sur son chemin le danger de l’ignorance et de la bêtise et récolte hélas, des voix !

Publié dans Dernières nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article