Bébé mammouth en vue !

Publié le par Gilles

Le monde est vraiment fascinant. Son évolution, sa géologie, ses mystères qui soulèvent parfois des questions sans réponse, sa flore et sa faune  éveillent la curiosité des hommes depuis les premiers instants de l’humanité. Notre imaginaire a toujours été stimulé par notre environnement et aujourd’hui encore, à l’aube de la conquête spatiale, petits et grands nous rêvons devant les mystères de l’univers, mais aussi devant les mystères du passé de la planète qui ressurgissent parfois, comme pour nous émerveiller et nous emporter dans les questionnements et les raisonnements qui sont la raison de vivre des scientifiques. Dernièrement, c’est la découverte d’un très jeune mammouth congelé qui a émerveillé le monde scientifique et sans doute bien plus d’un curieux, fasciné devant cette fabuleuse découverte paléontologique.

 

Le sous-sol gelé du nord de la Russie a une nouvelle fois livré une exceptionnelle trace du passé animal de notre planète. C’est dans la péninsule de Iamal, sur une rive du fleuve Iouribeï que la découverte a eu lieu, par un éleveur de rênes du peuple Nenets habitant dans cette région reculée de la Russie. D’après les premiers commentaires de Natalia Fedorova, la directrice adjoint du musée  Chemanovski à Salekhard, il s’agit d’un animal dans un état exceptionnel de conservation : «Il était couché sur la rive. Son état de conservation est absolument unique. Il n'y en a pas un autre comme ça dans le monde… Il est entièrement conservé. Il a les yeux fermés parce qu'il est mort depuis 10.000 ans mais ses petites oreilles, sa trompe, tout est là ».

 

 

                                      Vue du peuple Nenest, au milieu de leur troupeau de rennes.


 

Hé oui vous avez bien lu, « ses petites oreilles », car les mammouths n’avaient pas de grandes oreilles comme son cousin l’actuel éléphant d’Afrique, mais plutôt de petites oreilles, comme son cousin l’ éléphant d’Asie. Encore plus petites même, c’est une adaptation au climat froid dans lequel il évoluait, ce qui lui économisait une déperdition de chaleur inutile et dangereuse sous les latitudes hostiles. Je ne vais pas vous reparler de nos amis le mammouth velu, sorte d’immense nounours tout poilu, se roulant dans la neige ou slalomant entre les arbres pour éviter les flèches de notre ancêtres qui l’ont beaucoup chassé (sans doute un peu de trop pour certains spécialistes), mais pour ceux qui veulent se rafraîchir la mémoire ou tout simplement en savoir plus sur ce cousin de nos éléphants actuel, voici le lien vers un précédent article révélant son identité : http://archeoblog.over-blog.com/article-3335157.html .

 

 

 

 Vue générale du bébé mammouth reposant dans son lieu de stockage.

 

 

 

Vue de la tête du bébé mammouth. Notez la présence de trompe parfaitement conservée.

 

Revenons à présent à notre époque et intéressons-nous de plus près au potentiel scientifique de ce bébé mammouth.

Pour rester dans la veine de mon article précédent parlant de l’ADN de notre cousin/ancêtre ce brave néandertalien (http://archeoblog.over-blog.com/article-6904144.html) , cette fantastique découverte pourrait relancer la course au clonage hypothétique du mammouth, quête que s’est fixée plusieurs équipes scientifique, notamment au Japon. Est-ce un rêve, une utopie ou une hérésie scientifique immorale pour certains d’entre nous ? Chacun trouvera la réponse en adéquation avec sa propre morale. Personnellement, je reste convaincu que je serais fasciné par la vue d’un mammouth, même cloné et que ce spectacle serait à même de me faire rêver. Mais nous ne en sommes pas encore là et le chemin semble long avant de cloner un animal mort il y plus de 10 000 ans. Et plus concrètement, cet animal dans un exceptionnel état de conservation va nous renseigner sans doute sur l’environnement immédiat dans lequel évoluait ce bébé mammouth tout poilu. Du pollens pourrait être retrouvé dans ses poumons, des végétaux dans ses poils et dans son estomac. Autant d'informations importantes pour reconstituer un paysage disparu et pour comprendre le mode de vie de la faune acclimatée à un environnement difficile. Les recherches sur l'anatomie du mammouth et sa biologie devraient également profiter de cette découverte, il ne nous reste plus qu'à attendre les résultats des études pour nous émerveiller davantage.

 

 

La recherche nous réserve décidemment bien des surprises et l'avenir scientifique n'a pas fini de nous étonner et de nous faire rêver. Ce qui serait extraordinaire, ce serait de découvrir dans le même état de conservation, un de nos ancêtres, piégé à l'époque comme les mammouths et miraculeusement conservé dans le pergélisol russe. Pourquoi pas, rien n'est impossible. La découverte serait sensationnelle et je pense qu'elle fait rêver de nombreux scientifiques. Faudrait-il alors tenter un clonage reproductif sur notre ancêtre? C'est une autre histoire, nombreux, très nombreux même seraient ceux qui crieraient au scandale et brandiraient les lois déontologiques. Serait-ce utile de faire revivre un de nos lointains ancêtres. Non, pas vraiment, mais en revanche cela serait dans un certain sens intéressant de le voir évoluer dans notre société afin d'étudier ses facultés d'apprentissage sans doute similaires aux notres. Un enfant Cro-magnon élevé dans notre société moderne n'aurait certainement aucune différence avec un autre enfant de son âge. En revanche, il aurait peut-être certains de ses sens plus aiguisés que les notres, mais serait peut-être aussi plus fragile et sensible à certaines maladies. L'expérience ne serait en fait pas inintéressante... Et pour rêver encore, à quand la découverte d'un néandertaliens qu'on tenterait d'accoupler à une femme moderne pour voir enfin si ils sont capables de se reproduire ou non...

 

 

Nos ancêtres les Homo sapiens sapiens sont-ils déjà parmi nous ? ( Montage photo à partir des photos du documentaire "Homo sapiens" de J. Malaterre )

 

 

 

Bibliographie pour aller plus loin:

 

 

A. Foucault, " Des mammouths et des hommes", Vuibert, Planète vivante, 2005

 

Des mammouths et des hommes : Deux espèces face aux variations du climat

 

 Dossier: Pour la Science, " La vie au temps des mammouths ", n°43, avril-juin 2004.

 

M.Gladkih, N.Kornietz, O.Soffer, " Les huttes en os de mammouth de la plaine russe ". Pour la Sience, janvier 1985, p.32-38

R. Debrosse, J. Krzystof Kozlowski, " Hommes et climats à l'âge du mammouth ". Paris, Masson, 1997Hommes et climats à l'âge du mammouth : Le paléolithique supérieur d'Eurasie centrale

C. Guerin, M. Patou-Mathis ( sous la direction ). " Les grands mammifères plio-pléistocènes d'Europe ". Paris, Masson, 1997.Les grands mammifères plio-pléistocènes d'Europe

C. Cohen, " Le destin du mammouth ". Paris, Seuil, 1994. Nouvelle édition 2004 Le destin du mammouth

F. Latreille, B. Buigues, " Mammouth ". Paris, Robert Laffont, 2000Mammouth

Y. Coppens, P. Picq ( sous la direction ). " Aux origines de l'humanité " ( 2 tomes). Paris, Fayard, 2001 Aux origines de l'humanité

 

 

Quelques DVD pour en savoir plus sur les mammouths et nos ancêtres:

 

C'est par sorcier " Au temps des mammouths",  édition France Télévisions

"Sur la terre des monstres disparus," BBC, édtion France 3 Sur la terre des monstres disparus

"Homo sapiens", de J. Malaterre, édition France Télévisions Homo Sapiens

Publié dans Dernières nouvelles

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article