Les distractions sous l'Empire romain, 1ère partie

Publié le par Gilles

    Amphithéâtre, arène, odéon, stade, théâtre et autres jeux du cirque sont autant de qualificatifs employés pour parler des distractions et des jeux à l'époque de domination de la civilisation romaine. On les entend dans tous les reportages, les docu-fictions ou les péplums cinématographiques revenus à la mode avec le Gladiator de Ridley Scott. Mais que représentent-ils réellement ? Que désignent précisément ces qualificatifs ? Je vais tenter de vous apporter quelques précisions, suivez moi, remontons le temps jusqu'au 1er siècle de notre ère et descendons ensemble dans les arènes romaines...

" Le soleil brillait dans le ciel romain et les cris de la foule étouffaient les hurlements des bêtes fauves venues des contrées d' Afrique et désormais transpercées de part en part, par les coups de lances des héros du jours. Depuis le début des festivités, trente-deux lions et vingt-cinq panthères avaient péri sur le sable de l'arène et l'odeur du sang séché qui avait coulé toute la journée, commençait à se faire sentir jusqu'aux étages supérieurs de l'édifice. L'odeur de la mort était là. La journée tirait à sa fin, mais les festivités n'étaient pas encore terminées et le défilé des gladiateurs allait commencer. Sous les acclamations de la foule en attente de spectacle morbide, le Rétiaire fit son entrée, portant trident et filet, suivi d'un Hoplomaque lourdement armé. Puis on vit apparaître le Mirmillon et le Secutor, armés et tous deux prêts à combattre, avançant vers leur detin. Enfin, Ils s'alignèrent face à la loge de l' Empereur et lui lancèrent la formule consacrée :" Ave Caesar, morituri te salutant ! ". Les munera gladiatoria, les combats des gladiateurs pouvaient commencer. "

Voici à peu près, ce que vous auriez pu vivre, si vous vous étiez trouvés au Colisée de Rome et aviez assisté vous-même aux jeux romains, au premier siècle de notre ère. Mais revenons à présent sur les différents édifices de spectacles, car il ne faut pas confondre amphithéâtre et théâtre romain, fort heureusement les comédiens n'affrontaient pas des bêtes sauvages sur scène et les spectateurs n'avaient donc rien à craindre non plus.

 

Maquette reconstituant le Colisée dans son environnement antique ( Source: maquette de André Caron)

 

Commençons tout d'abord à parler de théatre. Le théâtre romain est tout naturellement emprunté au théâtre grec, qui existe au moins depuis le VI e siècle avant J-C. A ses débuts, il fonctionne de la même manière, il est liés aux fêtes religieuses consacrées à Dionysos pour les grecs et à Bacchus, son alter ego chez les romains. Sous la République romaine entre 509 et 27 avant J.-C., les représentations mettent en scène des tragédies, des comédies, des Atellanes composées de sketches aux personnages récurrents, des Mimes de légendes mythologiques et des Pantomimes, chorégraphies sans paroles. Il était courant que les spectateurs s'en prennent physiquement à un acteur qu'ils n'appréciaient pas et qu'ils le chassent de scène en le battant. Il faut dire que les acteurs furent tout d'abord des esclaves et des affranchis avec lesquels on prenait des libertés et que les représentations ayant lieu pendant les fêtes, les spectateurs abusaient peut-être un peu trop du vin du moment; in vino veritas ? Qui a dit que nos hooligans étaient un phénomène historiquement récent ? Quant aux acteurs d'aujourd'hui, qu' ils ne s'inquiètent pas, ils sont pour la plupart projetés sur un écran blanc, ce qui leurs garantit la sécurité, même si certains mériteraient le même sort que leurs prédécesseurs antiques tellement ils sont mauvais... Mais revenons en à notre présentation théâtrale.

 

Vue du théâtre d' Epidaure, du IVe siècle avant J.-C., en Grèce

 

Le bâtiment en lui-même fut d'abord édifié en bois, ainsi il reste peu de structures de cette époque, mais fort heureusement les théâtres furent par la suite construits en pierre et en brique, ce qui permit leur conservation. On doit à Pompée ( Cnaeus Pompeius Magnus) général et homme d'état romain, le premier théâtre en pierre, en 55 avant J.-C. On peut admirer aujourd'hui le magnifique théâtre d' Orange dans le sud de la France (un des mieux conservé du monde romain) et pour les chanceux voyageurs, visiter les théâtres grecs et romains dans le pourtour méditerranéen tels que celui de Dionysos à Athènes, celui de Marcellus à Rome, de Ségeste ou de Taormine en Sicile ou le spéctaculaire théâtre d' Epidaure, un des mieux préservé du monde antique ou le sompteux théâtre de Bosra en Syrie, peut-être le mieux préservé de tous. Ces édifices ont pour points communs d'adopter une forme demi-circulaire et de voir leurs gradins creusés à flanc de colline chez les grecs. Cependant, les romains préfèrent les élevés sur le sol et abandonnèrent générallement la construction à flanc de colline.

 

Théâtre d'Orange dans le sud de la France. 

 

 Vue du théâtre de Taormina en Sicile, avec en arrière plan l' Etna.

Théâtre de Marcellus à Rome, dans son état actuel.

 

Maquette du théâtre de Marcellus, reconstitution antique. ( Source: maquette de André Caron)

 

 Théâtre de Bosra en Syrie

 

Pour en finir avec les théâtres antiques, je vous offre un petit survol du superbe théâtre de Taormina en Sicile, où je conseille à tout le monde d'aller faire un séjour, car la nourriture, le climat, les monuments et le paysage y sont fantastiques. Ah les voyages....( Source video: Des racines et des ailes, France Télévision )

                  


survol de taormina
Vidéo envoyée par indianajil
 

Nous avons vu que l'époque romaine savait distraire ses populations, comme nous le faisont aujourd'hui. Mais après une bonne pièce de théâtre, que pouvaient faire nos braves romains pour occuper leurs moments de détente ? Quels autres loisirs leur offraient leur époque ? Nous allons jeter un oeil du côté du sport à la mode antique, ce qui va nous conduire tout droit au stade...

 

Palestre ou stade d'entraînement des athlètes à Olympie.

 

Les athlètes de la grèce antique étaient vénérés et les vainqueurs des jeux olympiques étaient déifiés de leur vivant. Les jeux continuèrent jusqu'à la fin du IVe siècle de notre ère, jusqu' à ce que l'empereur romain et chrétien Théodose 1er les fit interdirent, les considérant comme trop païens pour être honnêtes. Quoiqu'il en soit, les exercices de stade ne passionnèrent jamais le peuple romain et à titre d'exemple, il n'y eut qu'un seul stade connu à Rome, construit sous l'impulsion de l' empereur Domitien. Il mesurait 276 mètres de long, pour 54 mètres de large et pouvait contenir jusqu'à 30 000 personnes, qui pouvaient ainsi assister à l'entraînement des coureurs, des gymnastes et des pugilistes. La célèbre et magnifique Piazza Navona où il fait bon se promener et que je conseille fortement de visiter au printemps, recouvre actuellement l'emplacement de ce stade antique.

 

Maquette du stade Domitien à Rome dans son environnement antique. ( Source: maquette de André Caron)

Vue de la Piazza Navona à Rome ( au centre ), emplacement actuel du stade Domitien.

 

Pour en finir, voici une petite promenade sur la Piazza Navona. Là où jadis les athlètes s'entraînaient devant une foule de spectateurs, c'est une foule de touristes qui se promènent sous le soleil romain et qui profitent des terrasses des cafés et des restaurants. ( Source video: HD4.tv Rome ).

 


navona
Vidéo envoyée par indianajil

Bien d'autres distractions existaient à l'époque romaine et la foule pouvait se distraire ou exprimer sa rage et se défouler en assistant soit aux jeux du cirque, soit aux combats de gladiateurs et autres bêtes fauves dans les arènes.Nos courses de chevaux, nos matchs de boxe ou nos rencontres de football et autre rugby n'ont rien de nouveau, ils ne font que reprendre des modèles antiques en les adaptant aux conventions de notre époque et pour assoiffés de spectacles sanguinolents, il vous reste les corridas, héritage plus ou moins direct des massacres d'animaux dans la Rome antique. Mais ce sera dans le prochain article.

 

Pour aller plus loin, une rapide bibliographie:

 

-Dossier Histoire et Archéologie, collectif, " Les théâtres de la Gaule Romaine ", Numéro 134, Janvier 1989, Archeologia

-Jean-Charles Moretti, " Théâtre et société dans la Grèce antique ", Livre de Pcohe, 2001

-M.-H. Garelli-Francois, J.-C. Dumont, " Le théâtre à Rome ", Livre de Poche, LGF, 1998

-Michel-Edouard Bellet, " Orange Antique ", Editions du Patrimoine, guide archéologique, 2001

Retrouvez les maquettes de la Rome antique reconstituée sur le site

www.maquettes-historiques.net

Ces maquettes sont l'oeuvre d'André Caron du Québec.

  

Publié dans Archéologie classique

Commenter cet article

KAKTUSS 09/02/2007 01:12

vivre a cette epoque la ! c'est si difficile de s'imaginer!ca semble difficilement reel! c excitant mais a la fois effrayant...

Gilles 09/02/2007 17:29

Gilles: rebonjour. Hé oui, mais ne perdont pas de vue que notre société est toujours très violente et que la violence des sociétés passées est très relative, mais bon c'est vrai que ce faire manger tout cru par un lion, y a mieux !!!! A bientôt.