Vos papiers monsieur Néandertal !

Publié le par Gilles

    Qui n'a pas entendu parler de l'homme de Néandertal? Souvent, les gens l'imaginent encore velu, le dos courbé, poussant des grognements en poursuivant un bison, la massue dans la main droite et la chevelure de sa compagne dans la main gauche. C'est cette image qui fut véhiculée pendant longtemps dans l'imaginaire collectif, depuis sa découverte en 1856 dans le val de Néander, près de Düsseldorf en Allemagne. Peut-être que les scientifiques, les religieux ou même la population de l'époque n'avaient pas envie d'imaginer un autre ancêtre aussi évolué que l'Homo sapiens et du coup ont préféré affublé les Néandertaliens d'une image simiesque. Toujours est-il qu'il reste à ce jour une grande question en suspens qui sépare encore le monde scientifique. L' homme de Néandertal était-il une sous-espèce d' Homo sapiens, appelée alors Homo sapiens neanderthalensis, ou bien était-il une espèce à part entière appelée dans ce cas Homo neanderthalensis ? La question pourrait trouver une réponse très bientôt avec l'aide de l'analyse génétique.

 

Vue d'artiste dépassée des Néandertaliens

 

Reconstitution actuelle de Néandertalien par Thomas Ihle

 

En effet, depuis longtemps la communauté scientifique s'interroge sur les origines de Néadertal afin de savoir si oui ou non, il y a eu mixité des groupes humains de l'époque et possible reproduction et donc interfécondité entre les deux  individus. Certains auteurs et scientifiques reconnus tel que Yves Coppens n'hésitent pas à affirmer que les néandertaliens appartiennent  " clairement à une entité biologique distincte ", alors que d'autres pensent encore le contraire, en particulier au USA, mais aussi en Europe.  Mais avant tout, faisons un tout petit rappel de ce qu'est l'homme de Néandertal.

Depuis quand on les connaît les néandertaliens ?

La découverte de cette homme fossile date donc du 19ème siècle et avant la mise au jour du fossile de Néandertal dont il tient son nom, on parle alors de site éponyme ( qui donne son nom ), il y eut au moins deux découvertes antérieures. Un crâne d'enfant en 1830 dans la grotte d'Engis, près de Liège et une autre en 1848, celle d'un crâne adulte découvert à Gibraltar mais étudié seulement à partir de 1864. La France n'est pas en reste en ce qui concerne les découvertes de cet homme fossile. Nous avons notamment découvert beaucoup de sites néandertaliens dans le sud-ouest de la France, comme à La Chapelle-aux-Saints, à la Ferrasie ou encore au Moustier en Dordogne.

Ils ont quel âge les néandetaliens ?

Il est toujours difficile de donner une date précise à l'apparition d'une espèce quel qu'elle soit et cette difficulté ne fait pas exception quand on étudie la préhistoire et les fossiles humains ou pré-humains.  N'oubliez pas que la fossilisation est un phénomène exceptionnel  ( j'y reviendrai une prochaine fois ) et que la mise au jour d'ossements est rare, il faut donc considérer qu'il nous manque assez souvent la chronologie parfaite de l'évolution d'une espèce et qu'il faut donc faire avec le matériel dont nous disposons pour reconstituer l'évolution de l'homme dans son ensemble, à moins bien sûr que notre bon Dieu ait voulu s'amuser et brouiller les cartes, il se peut aussi qu'à son grand âge, il soit pris des symptômes de la maladie d'Alzeimer, ce qu'il expliquerait cela et bien d'autres choses.... Toujours est-il qu' il reste encore bien des mystères à percer et que la préhistoire  en tant que discipline scientifique a encore de beaux jours devant elle. Mais revenons en à notre cousin poilu et rustre... Les premiers néandertaliens datent sans doute d'il y a environ 500 000 ans, bien sûr ils ne sont pas apparus d'un seul coup sans prévenir, mais c'est en tout cas  la datation la plus ancienne que l'on puisse attribuer à un début de "néandertalisation", processus évolutif qui conduira à la formation des néanderlatiens. Le plus vieux néandertalien connu, paix à son âme, fut peut-être identifié sur une simple mandibule, dite de Mauer, trouvée en 1907 près de Heidelberg, en Allemagne. Mais faisons un saut dans temps et propulsons nous il y a environ entre 80 000 ans et 30 000 ans, je sais tout cela ne nous rajeunit pas, mais notre évolution se perd dans la nuit des temps et lorsque l'on s'intéresse à la préhistoire, il faut faire des efforts d'imagination pour se projeter dans d'autres espace-temps, même si tout cela peut paraître parfois abstrait. Nous sommes donc à présent au Paléolithique moyen, à l'époque que l'on appelle le Moustérien. C'est aussi l'époque de la dernière grande glaciation appelée le Würm, dont je vous ai déjà parlé. Et c'est donc dans ce climat plus froid et rigoureux qu'aujourd'hui, qu'à vécu l' homme de Néandertal.

A quoi ça ressemble un néandartien?

Laissez tomber la massue, ôtez les poils ( enfin pas plus que certains individus que l'on peut voir sur les plages l'été dégoulinant de sueur), redressez l'individu et faites lui lâcher la chevelure de sa compagne et vous aurez déjà une meilleure image des néandertaliens. Certes l'homme de Néandertal était différent de l'Homo sapiens, mais il reste tout de même un cousin nous ressemblant dans les grandes lignes, il n'était en aucun cas un "chimpanzé évolué".

A gauche un squelette de néandertalien, à droite un squelette d'homme moderne

Photo:John Wiley & Sons Inc.

 

Pour en donner un portrait robot, voici ses principales caractéristiques. Il était de taille moyenne, très musclé au squelette épais et robuste, certains individus auraient sans doute pesé une centaine de kilos.  Néandertaliens était adapté au climat froid dans lequel il évoluait. Car dans les environnements froids, l'allure est toujours plus trapue et plus massive pour éviter une déperdition de chaleur, contrairement aux silhouettes longilignes des climats plus chauds, même si on peut toujours des ethnies ne présentant pas ces caractéristiques. Mais pour revenir à notre ami, son crâne était plus allongé et plus large que le notre. Son front était fuyant et moins haut( fortement incliné vers l'arrière ) et il possédait un bourrelet osseux qui barrait son front juste au dessus des yeux. Ce bourrelet est appelé torus sus-orbitaire, mais il était bien moins prononcé que chez les Homo erectus. Quant au yeux, ils étaient enfoncés dans de profondes orbites arrondies. Les dents étaient plus fortes et projetées en avant et il ne possédait pas de menton osseux. Vous avez ainsi une meilleure image de notre illustre cousin. Je sais après tout cela il peu faire un peu peur, mais ne vous inquiétez pas, il n'est plus de ce monde depuis bien longtemps....

 

Crâne de néandertal découvert en 1856.

 

A gauche crâne de néandertalien et à droite crâne de d'Homo Sapiens

 

Crâne néandertalien de La Chapelle-Aux-Saints en Corrèze trouvé en 1908

Image reconstituée du visage de Néanderta. Source:DMS

 

 

 Quant à ses activités, il s'agissait bien sûr d'un chasseur-cueilleur nomade comme son contemporain Homo sapiens, mais il ne s'agissait pas de la grosse brute dont on a longtemps parlé. En effet, il semblerait que Néandertal fut le premier à enterrer ses morts, honorant peut-être ainsi la mémoire de ses proches comme le montre la sépulture de La Chapelle-Aux-Saints. Il fut également artiste contrairement à ce que l'on a longtemps pensé. La découverte d'une flûte, trouvée en Slovénie dans la grotte de Divje Babe fréquentée par les néandertaliens et taillée dans un fémur d'ours des cavernes datant de 45 000 ans, atteste de la créativité de ce dernier.

Flûte de Divje Babe en Slovénie. Photo: © H. Jensen

 

Mais revenons en à notre préoccupation du jour, à savoir les liens de parenté qui nous unissent aux hommes de Néandertal. Car le débat agite la cervelle fumante des scientifiques depuis bien longtemps et des tentatives de réponses furent déjà données. Ainsi en 2004, une étude italienne affirmait, après avoir étudié l'ADN mitochondrial issu d'ossements néandertaliens, qu'il s'agissait d'une espèce à part entière différenciée des Homo sapiens. Aussitôt, le magazine scientifique New Scientist démentait et la célèbre revue Nature  apportait sa pierre à la critique en reprochant à l'équipe italienne d'avoir peut-être négligé le facteur de la contamination des os par des séquences d'ADN contemporaines,  "Il suffit de tousser sur un os pour lui donner notre ADN », précisa alors le paléontologue Serge Lebel de l'université du Québec.  Le débat est donc loin d'être terminé et c'est une nouvelle réponse que voudrait apporter des chercheurs allemands.

 

C'est pour quand la nouvelle identité des néandertaliens ?

Il s'agit donc de l 'Institut Max Planck de Leipzig et d'une entreprise de biotechnologie américaine qui ont décidé de se lancer le défi de répondre d'ici deux ans à cette éternelle question. Le but est donc de séquencer 80% du génome de l'homme de Néandertal afin d'étudier les différences avec le notre, mais aussi avec celui du chimpanzé, qui furent tous deux séquencer respectivement en 2003 et l'an dernier. Ce qui nous permit de savoir que nous partagions 99% de notre patrimoine génétique avec notre cousin le chimpanzé, pensez y lorsque vous irez au zoo avec vos enfants et pensez du même coup à leur environnement et au respect que nos cousins méritent.

 

Du chromosome à l' ADN. (Source Sinauer)

 

Mais pour en finir avec cette étude, le but sera donc de comparer ces trois ADN et ainsi, d'obtenir de précieux renseignements sur le propre de l'Homme et ce qui fait ses spécificités. Nous savons aujourd'hui par des travaux actuels, publiés prochainement dans Nature par Svante Pääbo, que les néandertaliens partagent 96% d'ADN en commun avec l'Homme, sur ce petit 1% qui nous diffère des chimpanzés et seulement 4% avec ces derniers. Homos sapiens diffère donc des deux autres espèces dans des proportions différentes et il reste alors à préciser ces différences pour comprendre notre propre généalogie. Voici le commentaire du paléontologue Jean-Jacques Hublin  à ce sujet :

" Depuis quelques années, les scientifiques sont parvenus à identifier dans le génome de l'homme moderne, les gènes qui sont directement impliqués dans le développement de notre cortex cérébral et que l'on ne retrouve pas chez le chimpanzé. Néandertal possédait-il aussi ces gènes ou sont-ils l'apanage exclusif de notre espèce? La réponse à cette question nous dira si notre plus proche cousin avait ou non des capacités intellectuelles comparables aux nôtres "

Le but ne sera donc pas véritablement de savoir si néandertalien et Homo sapiens sont deux espèces différentes, car l'avis semblent tranché par de nombreux scientifiques et ils sont bon nombre à penser qu'il s'agit en effet de deux espèces. Mais le sujet reste houleux et débattu de par le monde et attendons encore un peu avant d'être affirmatif.

L'énigme serait véritablement intéressante à résoudre, car la disparition des derniers néandertaliens qui eut lieu il y a environ 30 000 ans reste mystérieuse. Nous ne savons pas précisément pourquoi ce groupe humain s'est éteint et pourquoi il fut supplanté par les Homo sapiens  arrivés bien plus tardivement en Europe, il y a environ 35 000 ans. Ce que nous savons, c'est qu'il y eut sans doute des échanges entre les deux groupes et  que les néandertaliens se sont adaptés à certains traits culturels de nos ancêtres sapiens. Mais nous ne savons pas si il y eut une mixité au sein de certains groupes. La question du décryptage du génome de Néandertal est donc primordiale, car nous aurions alors la certitude ou non que ces deux groupes ne pouvaient pas se reproduire et qu'il n'y avait pas interfécondité. Mais rien n'est moins sûr, car nous avons des exemples d'hybridation dans la nature, notamment entre les loups et les coyotes, ainsi que chez les babouins. Nous avons par ailleurs quelques traces de possibles hybridations entre sapiens et néandertaliens, comme sur un squelette d'enfant découvert à Lagar Velho au Portugal et datant de 25 000 ans et présentant des caractères néandertaliens. Il est difficile de dire si ces caractères sont réellement issus de Néandertal ou bien si ils sont le fruit de variations de l'Homme moderne. Nous ne possédons pas hélas de  squelettes fossiles datant de la période de cohabitation des deux groupes, ce qui nous aideraient considérablement pour savoir si oui ou non il y a eu des cas d'hybridation. Mais des découvertes  telles que celles-ci restent à faire et  de telles datations remettent en question la chronologie  de la disparition des Néandertaliens. Il est possible que certains groupent aient perduré bien plus longtemps que nous le pensions. 

 

Squelette fossile de Lagar Velho in situ (dans son contexte archéologique)

Photographie © Instituto Português de Arquelogia

 

Quant aux hypothèses sur leur disparition, elles sont nombreuses. Certains parlent de maladies épidémiques apportées par les nouvelles populations sapiens arrivée en Europe, à l'instar des Européens qui apportèrent des maladies inconnues aux amérindiens sur le continent sud-américain. D'autres parlent de conflits, voir de guerres entre les deux groupes. On parle encore du changement climatique et du manque d'adaptation technologique des néandertaliens face à un refroidissement sur une zone géographique toujours plus étendue.Quoiqu'il en soit, nos cousins ou ancêtres ont bel et bien disparu en tant qu'individu. Mais si au détour d'une promenade ou dans les couloirs d'un train vous voyez une silhouette trapue, surmontée d'un crâne allongé et large doté d'un bourrelet osseux au-dessus des yeux ce qui arrive parfois, dites vous qu'il s'agit peut-être de caractères primitifs issus de cet illustre personnage qui a fait et continuera à faire couler de l'encre. Et n'oubliez pas que Néandertalien n'était pas le rustre dont on a longtemps parlé, il ne l'était pas plus que les grosses brutes qui vous bousculent sans même présenter des excuses ou ceux qui corrigent femme, enfant et animaux pour le seul plaisir de se défouler. A ceux là je ne donnerai même pas le surnom de Néandertalien, ce serait une insulte pour ces derniers....

 

Pour aller plus loin voici une rapide bibliographie:

Baffier D. (1999), Les derniers Néandertaliens, Paris, La Maison des Roches

D'Errico F., Baffier D. et Julien M. (1998), Les inventions des derniers Néandertaliens, Pour la science, n°254

Jaubert J. (1999), Les Chasseurs et Artisans du Moustérien, Paris, La Maison des roches

Trinkaus E. et Shipman P. (1996), Les hommes de Neandertal, Paris, Seuil

Hublin J-J. (2001), « Origine et évolution des Néandertaliens », dans Y. Coppens et P. Picq (dir.), Aux origines de l'humanité, Fayard, 2001, vol. 1

Arsuaga J.L. (2004), Le Collier de Néandertal, Odile Jacob

Patou-Mathis M. (2006), Neanderthal: Une autre humanité, Librairie Académique Perrin

 

 

Publié dans Préhistoire

Commenter cet article

Vivi 19/07/2007 18:30

Bonsoir,
Je viens de découvrir ton site :  magnifique, je suis déjà accro !
Je reviens sur le commentaire de Kaktuss. D\\\'après D.Johansson (voir "Lucy, etc ..."que je viens de relire pour la 4e fois !), après A.Afarensis la lignée se serait déjà scindée en 2 rameaux, l\\\'un s\\\'éteignant finalement avec A.Robustus, et l\\\'autre continuant jusqu\\\'à H.Sapiens. Donc, pourquoi pas une autre bifurcation quelque part dans cette lignée ?
Mais c\\\'est vrai que c\\\'est très bizarre d\\\'imaginer que si Néandertal ne s\\\'était pas éteint, chaque rameau aurait pu continuer, évoluer de son côté et nous pourrions toujours coexister tout en étant peut-être pas interféconds ! 
Bonne soirée et à bientôt

KAKTUSS 09/02/2007 01:00

il m'est toujours difficile de comprendre ke l'on ne puisse pas descendre de l'homme du neandertal... jai du ne pas etre attentive..

Gilles 09/02/2007 17:21

Gilles: Rebonjour, je t'invite à lire les livres spécialisés sur Néandertal pour te confronter aux différents points de vue de la communauté scientifique, divisée à ce sujet... Mais rien n'est certain de toutes les façons. A bientôt.